The e-magazine for KNX home & building control

Bonne pratique : étiqueter vos panneaux afin qu’ils soient sécuritaires pour tous

Simon Buddle explique comment le fait de recourir au bon étiquetage contribue à rendre les panneaux KNX sécuritaires pour tous.

Il est difficile de comprendre notre monde lorsqu’on le regarde de l’extérieur. Nous avons la chance d’avoir à portée de main l’un des meilleurs systèmes de contrôle de notre époque. Puisque, avec KNX, les possibilités sont presque infinies, vous me permettrez de ne pas vous ennuyer à les énumérer. Mais même le système le plus simple peut rendre perplexe une personne qui ne s’y connaît pas. Montrez-lui un panneau de commande KNX : observez son regard confus et écoutez-la murmurer « Mais à quoi cela peut-il servir ? » Et, bien sûr, la réponse pour nous évidente (« Cela sert à contrôler toute la maison ») ne répondra pas à ses interrogations et risque même d’aggraver sa confusion.

Même le système le plus simple peut rendre perplexe une personne qui ne s’y connaît pas (source de l’image : Association KNX).

Nous cherchons à faire le meilleur travail de documentation de conception technique possible, et cela doit se traduire par un étiquetage des câbles sur le terrain. À son tour, cela nous renseigne sur les exigences de construction du panneau, et nous pouvons voir jusque dans le panneau lui-même les marqueurs utilisés pour en identifier le câblage interne. Mais à partir de quel point peut-on dire qu’il y a trop d’informations ? Selon moi, il n’y en a jamais trop. Chaque panneau doit comporter au minimum une étiquette pour chaque canal, ainsi qu’un document plastifié détaillant, par disjoncteur électrique, quels modules et canaux sont contrôlés.

Ces marqueurs de câble WIC encliquetables de HellermannTyton sont de bons exemples d’étiquettes de câble (source de l’image : HellermannTyton).

Étiquettes de panneau

Pour chaque disjoncteur électrique, il devrait y avoir quelque chose indiquant quel(s) module(s) (les modules sont des actionneurs, et les actionneurs sont des modules) il alimente. À son tour, le module alimentera plusieurs circuits d’éclairage, de chauffage, ou d’autres appareils. Ceux-ci doivent être indiqués sur le disjoncteur électrique. Si, par exemple, un électricien se rend sur le site pour changer un pilote d’éclairage, il devrait être en mesure de déterminer facilement quels disjoncteurs il doit désactiver pour rendre le circuit sécuritaire.

Même les vieilles étiquettes peuvent être utiles.

La deuxième partie de ce puzzle consiste à fournir des informations sur l’endroit où le circuit est connecté à un module particulier. L’électricien ou le propriétaire peut-il allumer ou tester manuellement le circuit ? En fournissant ces informations, vous éliminez le besoin de contrôle via un interrupteur mural ou toute forme de programmation, donnant ainsi à l’électricien les moyens par lesquels il peut s’assurer qu’il a bien résolu le problème. Autrement, les gens tentent simplement de deviner et peuvent allumer par inadvertance quelque chose qui fait partie d’une séquence d’appareils : par exemple, la pompe du collecteur s’allume, mais pas la vanne du collecteur, ce qui oblige la pompe à pomper contre une vanne fermée jusqu’à la prochaine fois où le programme activera ou désactivera ces appareils.

Un article récent de KNXtoday a présenté un bon exemple d’étiquetage de panneau. Je sais que nous préférerions tous que personne ayant une autre spécialité que la nôtre ne mette le nez dans nos panneaux, mais nous ne voulons pas non plus être appelés chaque fois qu’un pilote d’éclairage doit être changé, ou qu’un éperon à fusible a sauté. À moins, bien sûr, que votre entreprise propose un service d’électricien, car dans ce cas, c’est exactement ce que vous voulez.

Exemple d’un panneau KNX bien étiqueté (source image : Association KNX).

Isolation électrique sécurisée et points d’isolation multiples

Tout électricien compétent sait ce qu’est une isolation sécuritaire. Voici les règles.

LES RÈGLES D’UNE ISOLATION SÉCURITAIRE

• Obtenir la permission de commencer les travaux (un permis peut être requis dans certaines situations).

• Identifier la ou les sources d’alimentation à l’aide d’un indicateur de tension ou d’une lampe témoin approuvé.

• S’assurer que l’indicateur de tension ou la lampe témoin approuvé fonctionne correctement.

• Isoler la ou les sources d’alimentation.

• Sécuriser l’isolation.

Il arrive que les modules soient alimentés par plus d’un disjoncteur en raison de limitations de courant ou de considérations de conception pratiques, comme une moitié d’un module alimentant le rez-de-chaussée, et l’autre l’étage. Si notre panneau, module ou appareil est alimenté par plus d’une alimentation, nous devons avertir les gens en apposant un autocollant « Plus d’un point d’isolation ». Il n’est pas rare dans un local technique de voir un appareil, comme une pompe, être alimenté de façon permanente par un embranchement à fusible, alors que la tension commutée provient du panneau KNX. Je dirais que l’éperon à fusible devrait également être alimenté à partir du panneau de commande KNX, mais ce n’est pas toujours possible.

Exemple d’autocollant avertissant de la présence de plus d’un point d’isolation pour un module.

Conclusion

Lors de la toute dernière journée ou visite d’un chantier, pouvons-nous, en consultant les informations que nous avons fournies, être convaincus que toute personne compétente venue travailler dans la propriété sera en mesure d’effectuer son travail de manière sécuritaire et rapide ? Si cette personne doit passer une heure au téléphone avec nous juste pour changer un luminaire, c’est que nous n’avons probablement pas laissé suffisamment d’informations. Comme je l’ai déjà dit, KNX est le « Lego » d’ingénierie qui rend presque tout possible dans une maison, mais la fonction de chaque module peut varier d’une installation à l’autre. Par conséquent, nous devons nous assurer que nous avons documenté et étiqueté notre travail avec précision afin que d’autres personnes puissent travailler en toute sécurité.

Simon Buddle CEng MIET, is a consultant for Future Ready Homes, a specialist in BMS and ELV services system design.

www.futurereadyhomes.com

Partager sur facebook
Share
Partager sur twitter
Tweet
Partager sur linkedin
Share

SPONSORS

JUNG area / line coupler


JUNG area / line coupler
The JUNG area / line coupler connects two KNX lines while retaining electrical isolation. Across publicly accessible areas, such as corridors ...