The e-magazine for KNX home & building control

Tutoriel : définition de scène KNX

Andy Ellis nous fournit des conseils pratiques sur les différentes options de stockage de scènes KNX en fonction de la robustesse du système, de la façon dont elles seront utilisées et de la manière dont elles peuvent être adaptées.

Le système KNX offre une polyvalence inégalée grâce à sa capacité à définir et activer des scènes, mais contrairement à beaucoup d’autres contrôleurs d’éclairage qui se basent sur la définition de scènes, KNX nécessite que les scènes soient planifiées et configurées en fonction des exigences de l’utilisateur final. Le principe de base des scènes, c’est que plusieurs actions peuvent être déclenchées par une seule commande. Prenons comme exemple simple une pièce comprenant plusieurs circuits d’éclairage pouvant ou non inclure des LED à changement de couleur. Si une scène a été définie, il suffit d’appuyer sur un bouton pour régler tous les circuits d’éclairage sur différents niveaux d’éclairement (lux) ou de couleur de lumière.

Dans KNX, les scènes peuvent être utilisées pour de nombreuses fonctions en plus de l’éclairage, comme pour configurer une salle de cinéma en appuyant sur un seul bouton. Une scène peut inclure plusieurs actions à exécuter, comme baisser l’éclairage, tirer les rideaux ou les stores, baisser le projecteur et l’écran ou encore allumer le système de climatisation.

Le système KNX offre une polyvalence inégalée grâce à sa capacité à définir et activer des scènes.

Cet article a pour but de faire comprendre les complexités des scènes et, je l’espère, de permettre au professionnel KNX de fournir à l’utilisateur final des solutions simples, faciles à utiliser et fiables. Je ne peux pas donner de conseils sur la conception de l’éclairage, qui est un sujet à part entière, mais je recommande de l’explorer davantage, car sans une bonne conception de l’éclairage, toute définition de scène risque de ne pas donner les résultats attendus.

Considérations d’ordre général

La première étape consiste à réaliser que l’emplacement et le stockage d’une ou de plusieurs scènes nécessitent une planification minutieuse. Certains fabricants fournissent des contrôleurs de scène dédiés, généralement des dispositifs montés sur rail DIN, mais les relais, les variateurs, les interrupteurs, les contrôleurs de pièce, les écrans tactiles, les serveurs et les appareils distants (non KNX) constituent tous des emplacements où des scènes peuvent être disponibles et donc stockées. Sans expérience, il serait tentant de simplement stocker une scène dans le premier appareil disponible incluant une fonction scène.

Voici quelques-uns des critères à prendre en compte lors de la phase de planification :

Quelles sont les conséquences pour le fonctionnement global des appareils contrôlés par la scène si l’appareil stockant la scène devient indisponible (en cas de défaillance du produit ou du réseau, par exemple) ?

Si vous disposez d’une pièce comprenant plusieurs circuits d’éclairage et un store, stockez-vous la scène dans un contrôleur de pièce physiquement situé dans cette pièce (dans ce cas, seule cette pièce est concernée en cas de panne) ou stockez-vous la scène ailleurs ?

  Comment le client active-t-il la ou les scènes ?

C’est à ce niveau qu’une installation peut être réussie ou ratée. Prenons par exemple un « simple » interrupteur à 4 boutons. En fonction du fabricant de cet interrupteur, il est possible qu’un seul bouton soit utilisé pour effectuer plusieurs tâches, comme appuyer une fois pour la scène 1 (ou peut-être tout activer) et appuyer à nouveau pour la scène 2 (ou peut-être tout désactiver). Cela peut convenir pour le bouton supérieur gauche, par exemple, mais les boutons suivants conviendraient mieux pour des scènes uniques réglées sur des niveaux différents. Et que faire si vous voulez introduire une fonction d’atténuation ou d’augmentation de luminosité dans l’interrupteur ?

La scène ne doit pas nécessairement être activée à partir d’un dispositif physique. Elle peut être déclenchée par une minuterie (pour un éclairage extérieur par exemple).

Une fois qu’une scène est créée, elle peut être activée à partir de différents appareils ou de plusieurs appareils, comme une application ou un autre système interconnecté.

Comment le client identifie-t-il la scène ?

Combien de fois ai-je vu des installations comprenant une série de boutons sans étiquette ! Impossible de savoir ce que font les différents boutons même après avoir appuyé sur chacun d’eux. Aussi simple que cela puisse paraître, coller une simple étiquette comme « Fête à la cuisine », « Détente », etc. peut être un bon point de départ.

Comment une définition de scène est-elle modifiée ?

Si vous décidez d’inclure entièrement les scènes dans ETS, il doit être possible de configurer les boutons du contrôleur de pièce local pour définir et enregistrer chaque scène, mais le plus souvent, vous devrez expliquer à votre client comment procéder et, sans instructions écrites, il est facile pour lui de tout oublier.

Il est beaucoup plus simple de définir une scène de manière graphique, alors pourquoi ne pas utiliser l’application ou la visualisation sur PC ?

Capacité de scènes

Tous les appareils ont un nombre limite de scènes et de canaux par scène. Lors de la planification, vous devez tenir compte de la capacité de scènes par rapport à tous les autres critères présentés dans cet article.

Stockage des scènes

La plupart de vos projets comporteront un certain nombre d’appareils capables de stocker des scènes. Pour obtenir des informations à ce sujet, vous devrez peut-être consulter les fiches techniques ou, mieux encore, charger la base de données produits dans ETS. Voici quelques éléments de planification à prendre en compte pour choisir l’endroit où stocker une ou plusieurs scènes :

Contrôleurs de scène : autonomes, faciles à identifier et à étendre, les contrôleurs de scène sont toutefois plus courants dans les installations anciennes. Si vous en trouvez un aujourd’hui, il est probable qu’il s’agisse d’une option plus coûteuse, d’autant plus que de nombreux appareils KNX disposent à présent d’une capacité de scènes intégrée.

Commutateurs ou contrôleurs de pièce : solutions idéales en cas d’emplacement ou d’activité unique. Dans une cuisine, par exemple, où il peut y avoir plusieurs circuits d’éclairage, les scènes correspondant à ces dernières peuvent être stockées sur le commutateur de la cuisine, ce qui permet de garder ces activités localement. Si votre installation comprend plusieurs pièces nécessitant plusieurs scènes, vous risquez facilement de manquer d’espace pour les scènes et d’être tenté de stocker les scènes d’une pièce dans une autre. Cela peut devenir très vite chaotique.

L’écran tactile capacitif Zennio Z35 est un exemple de contrôleur de pièce dans lequel il est possible de stocker des scènes.

Relais et variateurs : le fait de placer la scène dans un variateur permet de réduire le trafic de bus, car seule une adresse de groupe unique est envoyée, ce qui ne pose pas de problème dans une petite installation.

L’actionneur de variation Jung KNX LED Universal est un exemple de variateur dans lequel il est possible de stocker des scènes.

Serveurs KNX : un serveur KNX est défini comme un appareil qui possède une connexion physique au bus KNX. Il existe de nombreux serveurs KNX sur le marché, mais la connexion KNX directe des produits n’est pas toujours mise en avant de manière évidente. Un serveur permettra de stocker toutes les scènes au même endroit, ce qui facilitera leur manipulation et leur organisation.

Le serveur EIBport de BAB Technologie est un exemple de serveur KNX dans lequel il est possible de stocker des scènes.

Applications ou serveurs distants : en fournissant à un tiers un ensemble d’adresses de groupe incluant le retour d’information, il est possible de garder la scène en dehors de KNX. Vous pouvez aussi, si nécessaire, stocker la scène dans un appareil KNX et y accéder à distance.

Scènes DALI : le protocole DALI-2 permet d’avoir 16 scènes sur n’importe quelle boucle DALI unique. L’un des avantages du système DALI, c’est que l’on peut mettre jusqu’à 64 luminaires sur une seule boucle. Ce nombre de luminaires s’étendra très certainement sur plusieurs pièces – même s’il y en a dix par pièce, cela fait tout de même six pièces ou plus. La limite de ce système, c’est que s’il faut quatre scènes par pièce, il n’est pas vraiment possible d’y parvenir avec un contrôleur DALI, car il n’y a que seize scènes disponibles dans le cadre du protocole DALI.

KNX peut être intégré à des produits DALI via des passerelles telles que la passerelle Intesis DALI vers KNX TP (à gauche) et la passerelle Theben DALI-Gateway KNX plus (à droite).

L’utilisation d’un ou de plusieurs des emplacements de stockage ci-dessus peut constituer une solution satisfaisante, mais n’oubliez pas que si le projet doit être repris pour une raison ou une autre, il faudra peut-être du temps pour comprendre ce qui a été fait et, dans ce cas, un simple schéma ou une description écrite en vaut la peine.

Conclusion

De nombreuses considérations pratiques et opérationnelles entrent en jeu lors de la planification des scènes d’un projet. Présenter les choses de manière « simple » à l’utilisateur n’est pas toujours facile et lui garantir un fonctionnement continu et sans heurts nécessite un certain degré d’anticipation. Comme cet article le montre, de nombreuses variables entrent en jeu et, bien que la configuration de scènes individuelles puisse être simple, il est très probable que des solutions différentes émergent en fonction de chaque projet KNX.

Il est certain que les tendances en matière d’activation de scène s’orientent vers une interface utilisateur principale (tablette ou appareil portable) permettant de modifier facilement les paramètres de scène, mais les interrupteurs muraux ont également leurs avantages, car ils ne dépendent pas d’une batterie et offrent un contrôle dédié.

Grâce à KNX, les intégrateurs de systèmes disposent de la flexibilité nécessaire pour fournir des combinaisons d’actions et des options de contrôle remarquables qui peuvent non seulement augmenter le confort de l’utilisateur, mais aussi contribuer à économiser l’énergie.

Andy Ellis est le fondateur et l’administrateur de Household Automation Ltd et de son entreprise sœur Knxion Ltd, qui fournissent des services de conseil, de conception, d’installation et de suivi en matière d’automatisation du bâtiment à des clients actifs dans le secteur de la construction de propriétés résidentielles et commerciales.

http://www.household-automation.co.uk

www.knxion.co.uk


Share on facebook
Share
Share on twitter
Tweet
Share on linkedin
Share

SPONSORS